Délégationde l’Allier

Des journées de l’Espérance inoubliables à Souvigny

Les journées de l’Espérance se sont déroulées du 5 au 9 février 2018 à la maison Saint-Odilon, à Souvigny, pour la 9e année consécutive. Au programme : confection de confitures d’oranges, temps d’échanges, repas, ateliers, interventions thématiques et veillées. Malgré la météo, environ deux cents participants se sont activés pour réaliser au total 1 100 pots de confiture. Parmi les participants, deux classes de l’école de Souvigny, six scouts, des bénévoles de la Casa textile, située à Clermont-Ferrand, sont venus nous aider.

Ateliers oranges.

publié en février 2018

À table lors de la découpe des oranges, les participants se rencontrent ou se retrouvent. Nous avons ainsi recueilli le témoignage de plusieurs personnes, au travail autour de la même table, et qui ne se connaissaient pas avant de venir.

Mauricette : « Pour moi c’est la deuxième année et c’est un peu différent car je suis là toute la semaine cette année. Ici on accueille tout le monde, il n’y a pas de différences d’origines, pas de racisme. On est tous sur Terre, c’est pour s’entraider, s’écouter et s’aimer les uns les autres. On apprend des choses nouvelles. Je dors dans la chambre avec Christiane. »

Christiane : « Je viens de Guadeloupe, je suis en France métropolitaine depuis un an environ. C’est bien, j’aime bien les activités manuelles. En Guadeloupe je faisais de l’artisanat, je travaillais le végétal, pour faire de l’huile de coco et de l’huile de carapate.
L’organisation est différente en France métropolitaine, je ne peux pas continuer, je n’ai pas les matériaux, ni l’espace. Là-bas, y a aussi des règlements mais on peut plus faire ce qu’on veut, je peux vendre les avocats de mon jardin sur le marché. Ici il faut passer par les autorités. J’ai été mise à la porte de mon logement à Vichy, une amie m’a parlé du Secours Catholique, j’ai trouvé des gens très accueillants. »

Michel raconte : « À la retraite, j’avais rien à faire, je sortais d’une dépression et le Secours Catholique m’a sauvé. Parce que quand t’es chez toi, inutile… Là je suis à l’accueil avec Jacques D. entre autres, on est trois dans l’équipe. Je m’épanouis à l’écoute des autres, les personnes sont timides au début mais petit à petit le soleil fait fondre la neige. Ça me plaît de les dépanner, de leur donner des conseils. Le Secours Catholique c’est une autre famille pour moi, si je n’y vais pas de la semaine, ça ne va pas. »

Edson et Djaz, des Young Caritas, actifs à la Casa textile de Clermont-Ferrand, sont restés plusieurs jours à la semaine de l’Espérance, leurs témoignages ont été recueillis le dernier jour.

Edson témoigne : « J’ai passé un très très bon moment, très fort. Je suis venu apprendre, j’ai découvert comment faire de la confiture. Je cherche à apprendre, c’est pour ça que je viens aux événements du Secours Catholique. C’était la première fois pour moi et ce ne sera pas la dernière, j’essayerai d’être là pour les 10 ans l’an prochain [pour les 10es journées de l’Espérance], si je ne travaille pas. J’ai rencontré des gens très agréables, c’est des moments qui resteront gravés dans ma mémoire. J’ai été très touché par le film “Human” [réalisé par Y. Arthus-Bertrand], qu’on a visionné mardi soir et j’ai aussi adoré l’atelier de yoga du rire, c’était très sympa, on a ri, ça m’a fait du bien. »

Djaz témoigne : « Je suis revenue jeudi [après la journée de mardi 6 février]. Les ateliers sont au top. J’ai fait des empreintes avec des oranges, visité l’église… »

Edson clôture par ces mots : « Félicitations à tous, et merci à Isalyne qui nous a motivés pour venir. »

Imprimer cette page

Portfolio